Inspection maison Montréal




Appelez-nous dès maintenant! Pour une estimation gratuite





Nos inspecteurs résidentiels desservent les secteurs suivants : Baie d’Urfé, Beaconsfield, Châteauguay, Côte-Saint-Luc, Dollard-des-Ormeaux, Dorion, Dorval, Est de l’Ontario , Hampstead, Hudson, Kirkland, LaSalle, Laval, L’Île-Bizard, Montréal, Montréal-Ouest, Notre-Dame-de-Grâce, Notre-Dame-de-L’Île Perrot, Outremont, Pierrefonds, Pointe-Claire, Québec, Roxboro, Saint-Laurent, Saint-Lazare, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville, Valleyfield, Vaudreuil, Verdun, Westmount.

Ce système de 30 ampères, qui dessert un appartement de trois chambres à coucher, est manifestement insuffisant pour notre mode de vie contemporain.
Plusieurs résidences sont encore alimentées par ce type de câblage électrique à boutons et à tubes du début des années 1900, qui pourrait être la cause d’incendies. Si la maison est rénovée, le système doit être retiré; autrement, on peut continuer à l’utiliser.
Le parement de brique a été endommagé par l’humidité causée par des fuites autour des appuis de fenêtres et de balcons. En outre, le parement ne possède aucune barbacane qui permette d’assécher l’humidité. Il est facile d’ajouter des barbacanes, mais les taches seront difficiles à faire disparaître, même à l’aide d’un lavage à la pression. La construction
de cet édifice, qui date de 1986, est de piètre qualité.
 
Une vieille boîte à fusibles comme on en rencontre encore souvent. Seuls les fusibles bleus sont de format réglementaire; les autres sont trop gros. Il est courant de remplacer des fusibles grillés par des fusibles plus grands, qui sautent moins rapidement. Cependant, le circuit ne suffit pas au style de vie moderne de cette maison. Des fusibles trop gros peuvent surcharger le câblage et provoquer des incendies.
Ce mur de soutènement qui bouge risque de s’écrouler. Un surplus d’humidité et un drainage insuffisant entraîneront un léger déplacement du mur chaque hiver lors de la période de gel. Un mur bien construit et adéquatement drainé durera très longtemps.
Dans cette nouvelle construction, les trous destinés au câblage sont percés trop près du bord de la solive, dont la solidité est ainsi mise en péril. Les trous devraient être aménagés à une distance minimale de cinq centimètres du bord. Il s’agit d’une erreur commune.
 
Le parement de brique tout en haut de ce bâtiment centenaire est gonflé en raison de fixations rendues défectueuses par la rouille. Une réparation s’impose dans les meilleurs délais afin d’éviter que le parement ne s’écroule. Cette situation est commune dans les édifices construits avant 1940 avec des fixations non galvanisées sujettes à la rouille.
Ce duplex date des années 1930. Un câble électrique des services publics devrait être situé à au moins un mètre de toute structure. Ce câble repose sur une bande d’étanchéité métallique, représentant un danger d’électrocution. La compagnie de service public qui en a fait l’installation aurait dû éviter cette situation dangereuse.
Voici la face inférieure du toit d’une maison unifamiliale construite au milieu du siècle dernier. Le ventilateur de la salle de bains évacue l’air directement dans le grenier, entraînant la formation de condensation et la pourriture des planches du toit. L’air tiède qui sort de la maison ne devrait en aucun cas pénétrer dans le grenier; après quelques années, le toit peut être sérieusement endommagé.
 
Une pelle sur le toit! Des câbles chauffants! Ce toit fuit fort probablement.
Cette maison unifamiliale date des années 1960. Durant les travaux de rénovation du sous-sol, une salle de bains a été aménagée autour du panneau électrique : très mauvaise idée! Il est permis de conserver un panneau électrique dans les toilettes, mais seulement s’il est distant des conduits d’eau d’au moins un mètre. Les panneaux électriques sont par contre interdits dans une salle de bains pourvue d’une baignoire ou d’une douche. On devra donc déplacer la salle de bains ou le panneau électrique : quelle que soit l’option choisie, les travaux seront dispendieux!
Ce duplex a été construit vers 1920. La poutre de support principale du bâtiment est nettement pourrie. Les poutres de soutien d’appoint ajoutées compriment le bois pourri. On retrouve souvent une structure pourrie dans les maisons de cet âge qui disposent d’un vide sanitaire humide. Cette poutre doit être remplacée.
 
Le support de cette grande terrasse laisse à désirer. Comme je l’ai mentionné à l’acheteur : « lorsque vous pendrez la crémaillère, n’allez pas tous en même temps sur la terrasse! » Soixante-quinze pour cent des terrasses que nous inspectons sont mal construites.
Ce garage semblait très propre avant que nous ne découvrions de l’huile à moteur après avoir soulevé le couvercle du drain de sol. Si l’huile pénètre dans le sol sous la dalle, le nettoyage sera très onéreux. Il faut effectuer des tests afin de déterminer si le sol avoisinant est contaminé.
Les derniers occupants de cette maison s’adonnaient à l’horticulture (!) dans leur grenier, comme en témoigne le vif éclairage.
 
Cette fournaise âgée de 70 ans n’est pas très efficace, mais elle fonctionne toujours.
Le revêtement de cet édifice de six logements construit en 1987 est fait de bois composite, un matériau fort populaire dans les années 1980. Ce produit défectueux, tout comme d’autres produits similaires, a fait l’objet de plusieurs recours collectifs. Le fini peint s’arrache et laisse pénétrer l’humidité, causant une dilatation et un gonflement du parement. Ce revêtement ne protège plus la structure de l’édifice contre les intempéries et doit donc être remplacé. Il faut se méfier de tout revêtement fait d’un produit dérivé du bois.
Les rénovations récemment apportées à ce vieux duplex sont adéquates, mis à part le nouveau filage. Les fils non blindés qui ne se trouvent pas dans une canalisation ne devraient pas être installés là où ils risquent d’être endommagés par des activités quotidiennes. Les fils ne doivent pas courir le long des plinthes, des dormants de portes, dans les placards, etc.
 
Cette abondance de poutres de support d’appoint m’indique que la poutre principale doit être remplacée, car elle menace de tomber. Cet édifice a ultérieurement été condamné par l’inspecteur municipal.
Accueil · Les inspecteurs · Inspection d'une maison · Bulletin · Galerie de Photos · Liens · Contrats · Contactez Nous · FAQ · Témoignages · Plan du site

Tous droits réservés © Services d’inspection de maison Mose 2004 - 2011
514.426.1095 | 514.349.1095 | info@inspectionmaison.com

Montreal Web Design :: Lapbaby Designs